Search for content, post, videos

A United Kingdom : David Oyelowo en impose dans son costume de roi

L’histoire du Botswana a pris des proportions plutôt étonnantes dès 1947. Alors que la guerre est finie depuis 2 ans, Seretse Khama (David Oyelowo) mène une vie estudiantine plutôt peinarde, à pratiquer la boxe et distiller des discours idéalistes. Lui qui souhaite mélanger les ethnies, se débarrasser des clivages politiques voire supprimer le conflit racial qui gangrène la société. 

Un souhait qui deviendra sa réalité, en tombant éperdument amoureux de Ruth Williams (Rosamund Pike), une femme qu’on pourrait qualifier d’ordinaire. Une union surprenante qui prendra une ampleur gigantesque. Les obstacles sociaux, raciaux et politiques vont entraver une simple histoire d’amour, un simple mariage.

L’apartheid en toile de fond

Si le terme « apartheid » revient fréquemment, il est le reflet même de la bêtise humaine. L’exemple est flagrant rien qu’en prenant acte de l’histoire qui nous intéresse avec A United Kingdom. Comment rester indifférent devant l’imbroglio politico-racial qui a ponctué cette romance hors du commun. Dans le climat étouffant du Bechuanaland – dorénavant appelé Botswana -, la destinée de Seretse Khama rappelle celle de Martin Luther King. Un homme au tempérament fort, prêt à se donner corps et âme pour une cause, pour défendre ses droits et bien plus que ça. « Un homme est libre seulement s’il est maître de son destin » rappelle Khama. Le gouvernement britannique peut essayer de dissoudre cette union coûte que coûte, mais rien ne s’y opposera, pas même les lois. Le roi Khama est prêt à mettre son âme au service de son peuple. La couleur de peau n’y changera rien.

Photo copyright: Pathé distribution

Adapté du livre de Susan Williams, Colour Bar, A United Kingdom livre un récit poignant, bourré d’audace qui repousse les frontières de la ségrégation. Si le film fait écho à notre époque, le message est porteur d’espoir. Mais malgré tout l’amour que porte Amma Asante (Belle) au couple qu’elle filme, le drame romanesque se noie dans un formatage de portraits biographiques lancinants et forcés. Malgré l’admiration que nous portons au couple royal, le traitement trop « pompeux » autour de Ruth et Seretse perd de sa subtilité et de sa puissance émotionnelle. L’union fait la force, oui, mais même devant l’adversité et l’animosité humaine, confiner Ruth Williams à un rôle de femme cherchant à s’intégrer auprès de sa nouvelle tribu ou simplement assise à attendre son mari, nous laisse perplexe au vu de son statut de militante politique.

David Oyelowo très convaincant

Dans Selma, Ava DuVernay réussissait un film puissant et sublimait Oyelowo. Cette fois-ci, Amma Asante n’atteint pas le niveau de sa collègue américaine mais sublime elle aussi son acteur principal. Du discours passionné à son flegme indissociable, le britannique rend une copie pleine de grâce et d’émotion. À nouveau dans la peau d’un héros de la nation, Oyelowo démontre que les récits biographiques lui vont comme un gant, si bien qu’on se demande si l’académie des Oscars n’aurait pas oublié de nommer l’interprète du roi botswanais dans sa sélection.

Rosamund Pike lui emboite le pas malgré le manque de profondeur de son personnage. Peut-être un tant soit peut légère dans sa partition, elle n’en est pas moins précise dans son jeu, formant un joli couple avec Oyelowo.

A United Kingdom, malgré les imprécisions, reste une oeuvre touchante, sincère. La valeur de ce mariage représente le pas symbolique que la société se doit de sauter. Le climat s’envenime pour une simple couleur de peau. Un film qui rend compte des barrières raciales et qui transmet un message de paix et d’acceptation. Voilà ce qu’il faut retirer de A United Kingdom.

Casting : David Oyelowo, Rosamund Pike, Tom Felton, Jack Davenport, Laura Carmichael, Jessica Oyelowo, Terry Pheto

Fiche technique : Réalisé par : Amma Asante / Date de sortie : 29 mars 2017 / Durée : 1h51min / Genre : Biopic, Drame / Pays : Grande-Bretagne, France / Scénario : Guy Hibbert / Musique : Patrick Doyle / Photographie : Sam McCurdy / Distributeur suisse : Pathé AG