Search for content, post, videos

À La Dérive : combat solitaire face aux entrailles des eaux du Pacifique

Ouragan dévastateur et embarcation mise à mal, tout comme son équipage. Des paysages sublimes de Tahiti à San Diego, Tami Oldham (Shailene Woodley) est une aventurière qui explore les recoins du globe sans réellement savoir de quoi demain sera fait. Elle survit de petits boulots et voyage sans discontinuer… avant de rencontrer Richard Sharp (Sam Clafin). Une romance passionnelle qui se prolongera jusque dans les entrailles du Pacifique.

Deux voyageurs errants. Deux personnes qui ne doivent rien à personne. Tami et Richard se croisent dans un port de Tahiti. Lui y amarre son navire et elle y travaille pour se faire un peu d’argent. Une rencontre au gré du vent marin. Alors que les deux tourtereaux filent le parfait amour, un couple d’amis de Richard lui propose de convoyer leur bateau à San Diego, une opération lucrative. Ville natale de Tami, la jeune fille n’est pas franchement enchantée à l’idée de retourner sur ses terres et préfère laisser partir Richard. Mais l’amour est plus fort et Tami change rapidement d’avis. L’argent gagné leur permettra de voyager un peu plus à travers le monde.

Combat solitaire au milieu des eaux

À La Dérive est une… dérive de 41 jours dans des conditions difficiles où l’eau s’étend à perte de vue. Tami se réveille groggy, sans son partenaire. Elle cherche désespérément son Richard, mais personne en vue. Elle l’aperçoit sur une barque au loin et le ramène à bord presque à bout de force. Une jambe et les côtes cassées. Richard fait peine à voir. Tami ne pourra compter que sur elle même pour arriver à bon port. Il y a eu réveil plus agréable…

Photo copyright : STX Financing

Un combat solitaire. Un amour profond qui tient le couple d’écorchés vifs à flot. Tami continue de se battre coûte que coûte pour tenter de rallier Hawaï, la nouvelle destination, après les dégâts occasionnés par la tempête, mais doit aussi faire face à l’état physique critique de Richard. C’est là que s’instaure la force de l’histoire, la puissance physique et psychique d’une histoire vraie, réellement vécue. Le corps de Tami porte les séquelles de l’accident. Plus les jours passent, plus son visage se décompose sous le soleil écrasant. Elle sue sang et eau, mais elle tient à sa vie et à celle de Richard.

Shailene Woodley au point

Le film calibré sur cette dérive de 41 jours, entrecoupée de plusieurs flash-backs sur leur rencontre et les jalons qui ont construit la relation des deux protagonistes. Alors qu’elle se bat contre les éléments, elle repense à ses bons moments, comme un éclat du subconscient, un fragment de mémoire encore intact pour tenir en vie. Shailene Woodley réussit un joli numéro en campant Tami Oldham. Presque habitée au moment où elle dévore, avec ses doigts, le beurre de cacahuète trouvé sur un navire proche du naufrage. Pour l’épauler, Sam Clafin – acteur pas encore reconnu à sa juste valeur – assure une bonne performance, mais trop effacé au profit de Shailene Woodley. C’est bien normal, c’est l’histoire héroïque de Tami Oldham et non celle de Richard Sharp.

Baltasar Kormakur continue à se faire plaisir dans le genre film catastrophe, après Everest qui, soyons réalistes, est d’un meilleur acabit qu’À La Dérive. À La Dérive repose avant tout sur la très bonne performance de Woodley et également sur un twist final. Une folle histoire, un chemin de croix à la dramaturgie parfois dilettante, mais assez cohérente pour tenir en haleine. L’émotion y est, molle parfois mais ça passe, et on se laisse happer de manière très mesurée par le récit héroïque d’une jeune femme pas facile à abattre. Par contre, pour la prise de risque, il faudra repasser.

Casting : Shailene Woodley, Sam Clafin, Jeffrey Thomas, Elizabeth Hawthorne

Fiche technique : Réalisé par : Baltasar Kormakur / Date de sortie : 4 juillet 2018 / Durée : 98 min / Scénario : Aaron Kandell, Jordan Kandell, David Branson Smith, Tami Ashcraft, Susea McGearhart / Photographie : Robert Richardson / Musique : Volker Bertelmann / Distributeur suisse : Impuls